[LaTribune] BigDataFr recommande : Eau, gaz, électricité : le big data, enjeu crucial des industriels européens

BigDataFr recommande : Eau, gaz, électricité : le big data, enjeu crucial des industriels européens

« La Tribune. Quel est le niveau d’utilisation des mégadonnées par les utilities comparé aux autres sociétés ?

Philippe Vié. Les utilities accusent un retard certain par rapport aux autres grandes entreprises, que ce soit en Europe, en Asie ou en Amérique du Nord. Parmi 1.000 entreprises interrogées sur leur utilisation du big data, dans une étude que nous avons réalisée, nous nous sommes notamment focalisés sur 100 utilities. Ces dernières sont en retard sur les projets data aboutis, ceux qui démarrent et même sur l’intention d’en lancer. Alors que l’industrie, par exemple, pratique une politique de data intensive.

Pourtant, l’intérêt des mégadonnées est évident pour toutes les utilities. Pas un seul manager ne nous a confié que le big data ne servait à rien. Ainsi, 75% de ces utilities considèrent que son utilisation apporte de la valeur. Mais, de l’intérêt au lancement d’un projet, il y a un écart significatif. Seules 32% des utilities ont vraiment commencé à mettre en place des initiatives. Ce retard est encore plus criant en Europe.

Comment s’explique ce retard plus fort en Europe?

Il faut prendre en compte la différence de taille des utilities. En Europe, elles sont plus grandes et pèsent quelques dizaines milliards d’euros de chiffre d’affaires. En Amérique du Nord, elles sont plus nombreuses et ont souvent une taille plus modeste. Ces entreprises américaines de l’énergie et de l’eau sont plus agiles, elles n’hésitent pas à se lancer dans des démonstrations de valeur, des expérimentations.

A San Diego, dans un salon dédié aux utilities, j’ai vu des dizaines et des dizaines d’initiatives dans le big data et les analytics, liées à la performance des opérations et à la gestion du réseau et infrastructure) notamment. Par exemple, en ce qui concerne la maintenance des réseaux, une utility américaine testait l’utilisation de données satellites pour pratiquer l’élagage prédictif ou surveiller l’état des lignes de transport ou de distribution d’électricité.

Est-ce la somme de données à gérer qui pose problème aux grandes utilities européennes  ? » […]

Lire l’intégralité de l’interview de Philippe Vié
Par Jean-Yves Paillé
Source : www.latribune.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *